mercredi 28 septembre 2011

Un temple perdu au beau milieu de la jungle et des ulmeqs pas très amicaux

L’ambiance après l’attaque des léopards est tendue, Bianca voulant absolument savoir les tours que pratique Alionor et n’hésite pas à la traiter de menteuse ce qu’elle ne prend pas mal a priori, plutôt conciliante. J’essaie pour ma part d’en savoir plus sur sa prêtrise, mais elle m’indique que c’est un peu plus compliqué et qu’elle m’en parlera seul à seul. Je lui souhaite bonne nuit et me réjouit qu’il ne lui était rien arrivé. Bjorn et Vasco se rétablissement doucement. Nous organisons un tour de garde.


Une fois que Bianca et moi sommes endormis nous faisons le même rêve. Nous avons eu l’occasion à notre réveil d’en parler et mettre en commun nos sensations. Nous sommes réveillés par nos plus proches parents. Nous sommes dans notre village sur le Continent. Le soleil de Nocte éclaire la scène. Ils nous indiquent avoir été marqué par un démon. Bianca réclame des éléments prouvant leur identité sachant que les rêves peuvent être grandement manipulés par les Rêveurs ulmeqs.


Mon père me fait par d’une Pacumba particulière qu’il a érigée au sein même de la place centrale du village autour des maisons primitifs. En effet, remontant mes souvenirs, ça parait plausible. La mère de Bianca lui fait part d’une expression typique de sa ville d’origine dont elle lui avait dissimulé le sens grossier. Nous sommes alors d’accord de poursuivre la conversation.


Ils nous racontent qu’un démon les a attaqués pour obtenir des informations à leur sujet et nous demande si nous en sommes pour quelque chose ? En effet, Varank a probablement fait appel à ce démon pour nous proposer le marché des thermes qui consistait à annuler le mariage. Ils en prennent note et nous leur demandons où ils se trouvent. Ils nous indiquent être allés un peu plus loin que la fin de la Route d’Orion. Peut-être un peu trop loin, à leurs mines inquiètes alors qu’ils disparaissent alors que nous étions à l’instant attirés par une autre scène. En avaient-ils trop dit ?


Nous poursuivons la route qui nous semble parfois très large et arrivons en vue de notre village. Nous y retrouvons nos parents qui semblent ne plus se « souvenir » de la conversation que nous avons eu et semblent très contents de notre statut de guildien et que je me sois marié. Nous restons tous deux prudents suspectant peut-être une certaine manipulation. Nous prenons des « marques » et « repères » pour singulariser nos rêves et éventuellement en savoir plus sur la localisation de nos parents. Mon père à ma demande me dit que ma mère mène une course à Port Mac Kaer et qu’elle arrivera par la suite. Bianca interroge sa mère au sujet de Menlos et n’apprend rien de plus qu’elle ne savait déjà. C’est alors que nous nous réveillons.


J’escale les arbres pour atteindre leur sommet et prendre quelques repères pour orienter notre chemin du retour. J’arrive sans encombre tout en haut et remarque la montagne où se trouve la station thermale que nous avions quittée et plus loin, une autre montage et assez proche le sommet d’un temple typique ulmeq.


Pendant ce temps, Bianca discute avec Alionor sur ces Tours quand elle l’a surprend toucher de manière suspecte le cadavre de Paco. Elle se rend compte qu’il est maintenant rigide. Elle apprendra qu’elle a usé d’un Tour ashragor et qu’elle en possède un autre qui permet d’invoquer un démon repoussant un animal – ce qui lui a peut-être valu de ne pas être attaquée par les léopards précédemment. Bianca semble satisfaite de la discussion.


A mon retour au sol, j’explique le topo et me range à l’avis de Bianca que nous ne pouvons pas ramener le cadavre de Paco dans cet état même si l’intention d’Alionor était bonne. On se met alors à brûler le cadavre de Paco et nous recueillons une opale. En effet, à la place de chaque ulmeq incinéré subsiste une pierre de qualité et valeur égale à son sens moral.


On arrive en vue du temple, je remarque qu’il y a beaucoup de krylns (scarabées) aux abords. On se met à monter les escaliers du temple pour disposer d’un point de vue et se reposer à l’abri du petit édifice qui surplombe une vaste terrasse.


Là, des prêtes officiaient à un sacrifice humain et deux gardes descendent à notre rencontre. Ils commencent par nous attaquer mais une fois que l’un d’entre eux est tombé au sol et l’autre déjà blessé par moi-même ; ils proposent de rompre le combat et demandent nos identités et se proposent de soigner nos blessés et de nous conduire à la route qui mène vers un village.


Ils nous font rentrer dans un bâtiment avec un artisan-médecin qui prétexte devoir chercher de l’eau pour se précipiter au dehors d’une pièce sans issue dans laquelle ils nous avaient amenés pour que les 3 gardes sur place tentent de refermer la double-porte et nous y enfermer, prisonniers.


Prestement Bjorn et moi-même avançons vers la porte tandis que Bianca cale une dague au sol pour bloquer l’une d’elle. Une porte sur deux est fermée. Bjorn tente seul de la repousser face aux deux gardes qui poussent de toute leur force de l’autre côté tandis que je fais rempart de mon corps au 3ème qui aurait bien embroché Bjorn de son arme d’hast. J’arrive même à le toucher. La situation s’éternise et Bianca profite pour caler quelques dagues dans les charnières.


Finalement, on me projette un petit pot contenant une poudre blanchâtre qui me brule assez fortement et ils relâchent leur force pour faire s’emporter dans son élan Bjorn qu’ils attendaient tous les trois. Bjorn revient vers la pièce qui sert autant de prisons que de pièce faisant office de donjon pouvant tenir un siège et ils se mettent alors à fuir. J’arrive à en toucher un assez gravement. Nous décidons de rester ici, nous trouvons des vivres, de l’eau et nous bouchons les arrivées d’air pour éviter d’être enfumés. Nous voilà barricadés dans la structure où ils pensaient nous maintenir prisonniers.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire